Oona & Salinger, Frédéric Beigbeder

Bonjour tout le monde!

Je suis heureuse de vous retrouver pour vous parler d’un autre de mes coups de cœur de cette fin d’année et, en quelque sorte, une autre biographie romancée (oui, j’ai mes périodes et, dernièrement, j’avais envie de ça :p)! Aujourd’hui, je m’intéresse à Oona & Salinger de Beigbeder.

Je précise d’abord que c’est un roman de 336 pages paru chez Grasset en août dernier et écrit par l’auteur, entre autres, de L’amour dure trois ans. Pourtant, l’auteur nous dit d’emblée que son livre relève plutôt de la non-fiction dans le sens où, comme Foenkinos, il s’est bien documenté sur son sujet mais a du « broder » et imaginer les éléments de l’histoire qui lui manquaient et a rajouté des éléments personnels en étant clairement présent dans son œuvre.

Le point de départ de ce travail est le fait que Beigbeder, admirateur de l’écrivain J.D. Salinger, a voulu le rencontrer dans sa retraite. Mais, une fois arrivé sur place, il s’est senti trop intimidé pour aller au bout de son projet et est simplement allé manger dans un restaurant proche. C’est là que, découvrant le portrait de la jeune Oona O’Neill (qui est devenu la couverture de son livre), est née sa fascination pour le premier amour entre Oona et Jerry.

BEIGBEDER-CEn 1940, à New York, un écrivain débutant nommé de 21 ans rencontre la fille du plus grand dramaturge américain alors âgée de 15 ans. Leur idylle ne commence vraiment que l’été suivant, quelques mois avant Pearl Harbor, et il s’avèrera que la période d’avant-guerre est mal choisie pour tomber amoureux… Début 1942, Salinger est appelé pour combattre en Europe et Oona part tenter sa chance à Hollywood. C’est là que leurs chemins se séparent.

Rassurez-vous! Cela est, certes, romanesque et triste mais l’accent n’est pas mis sur le pathétique! Cette séparation n’est pas la finalité du récit: au contraire, c’est son point d’équilibre, déterminant pour la suite du parcours de chacun des deux protagonistes que le lecteur découvre par la suite.

Je me suis facilement attachée aux personnages mythiques que je connaissais trop mal. L’auteur a construit le livre de manière à ce que l’on s’attendrisse pour cette histoire du passé en restant bien ancré dans le présent (les références culturelles toutes fraîches m’ont fait sourire et prendre du recul). J’ai appris plein de choses et j’ai été émue! Mention spéciale pour les documents (photos et vidéos) très pertinents joints; Beigbeder redonne la vie à ceux qui sont devenus ses personnages ET nous permet de les voir vivants. Dans les deux cas, ils sont poignants.

C’est une jolie lecture, peu ordinaire! Même si le style est très clair, les lecteurs avertis l’apprécieront plus!

DSC_0096b

DSC_0097

Merci de votre attention!

Publicités

2 réflexions sur “Oona & Salinger, Frédéric Beigbeder

  1. Alison Mossharty

    Salinger et moi ça n’a jamais été une grande histoire d’amour… Mais je n’ai encore jamais lu un seul roman de Beigbeder et tu n’es pas la 1ère chronique positive que je lis dessus… ah ça me tente tout ça maintenant 😉

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s