Le Parfum, Patrick Süskind

Bonjour tout le monde!

Avec cet article, je reprends les chroniques! J’ai, comme beaucoup d’entre vous, souvent entendu parler du roman de Patrick Süskind titré Le Parfum. Comme on le disait choquant, j’ai d’abord visionné le film que j’ai trouvé, certes, dur mais sans être traumatisant… Dernièrement, alors que je ne pensais plus à cette œuvre, je l’ai retrouvée dans ma bibliothèque et je l’ai enfin lue pour m’en faire mon propre avis!

9782253044901_1_75Pour ceux qui ne connaissent pas cette histoire, elle se base sur la vie de Jean-Baptiste Grenouille. L’existence de cet homme, ayant vécu au XVIIIe siècle en France, a été oubliée jusqu’à ce qu’elle intéresse un auteur allemand. Pourtant, le personnage est tout à fait hors du commun: il était génial et monstrueux, totalement inhumain et il avait pour don un nez unique au monde. Son corps avait besoin de moins que celui des autres pour survivre et son âme n’avait besoin de rien. Or, il avait un rêve, une ambition: il entendait bien devenir, même par les moyens les plus atroces, le Dieu tout-puissant de l’univers, car « qui maîtrisait les odeurs, maîtrisait le cœur des hommes ».

Ce livre offre une expérience de lecture unique. Effectivement, le personnage ne prend presque jamais ses sensations visuelles, tactiles ou auditives en compte car son odorat exceptionnel domine, et le narrateur ajoute ces sensations avec grande parcimonie. La plupart d’entre nous étant très peu habitués à utiliser son nez, face à ce texte, risquent d’être déstabilisés. Personnellement, les noms des parfums ne signifiant rien pour moi, j’ai eu du mal à comprendre ce qui se passait dans la tête de Grenouille et je l’ai un peu ressenti comme un récit fantastique. Mais la noirceur de ce personnage au projet abominable est très envoûtante, à tel point qu’il est quasiment impossible de lâcher le livre! Pour ce qui est des passages crus que je craignais, ils n’occupent pas beaucoup de pages et sont majoritairement concentrés à la fin, ce qui est surmontable et donne une certaine apogée qui laisse un arrière-goût de violence lorsqu’on referme le livre.

C’est un moment à part pour les lecteurs chevronnés! Succès mérité!

A bientôt!

Publicités

2 réflexions sur “Le Parfum, Patrick Süskind

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s