Beatrix Potter (FR)

Bonjour!

Pour aujourd’hui, je vous ai préparé un article qui m’est cher!

Quand j’étais petite, j’adorais les dessins animés tirés des histoires de Béatrix Potter dont voici le générique.

Plus récemment, lors d’un séjour près de Manchester, la famille qui m’accueillait -que je ne remercierai jamais assez- m’a conduite au Lake District -un endroit à couper le souffle- et m’a fait visiter la maison de Béatrix Potter à Hill Top. C’était un moment magique! Vous pouvez obtenir plus de détails ici.

Béatrix Potter devant sa maison à Hill Top
Béatrix Potter devant sa maison à Hill Top

Béatrix Potter (1866-1943) est une naturaliste et écrivaine britannique renommée pour ses livres destinés à la jeunesse.

Elle est née dans une famille de la grande bourgeoisie. Elle a reçu une éducation à la mode de son siècle, c’est-à-dire avec peu de contacts avec ses parents, à l’écart du monde, entourée par des gouvernantes et rapidement envoyée en pension. Enfant, elle souffre donc d’une solitude qu’elle comble en développant ses talents artistiques. En effet, son père lui a transmis sa passion pour l’art.

Les mois d’été, la famille s’installe dans le Lake District, au nord de l’Angleterre. C’est un véritable paradis pour la jeune fille qui trompe son ennui grâce à l’étude frénétique de la nature: tout lui est bon pour approfondir ses connaissances scientifiques. Pourtant, étant une femme, elle est reléguée au rang d’amateur. C’est là qu’elle fait la rencontre, déterminante, du vicaire Hardwicke Rawnsley, qui milite pour la protection de l’environnement et fondera en 1895 le National Trust.

En 1890, elle crée à partir de ses dessins d’animaux et de plantes ses premières cartes de vœux. À la même époque, le fils de sa gouvernante attrape la scarlatine. Pour accompagner sa convalescence, Beatrix lui compose l’histoire de quatre petits lapins nommés Flopsy, Mopsy, Cottontail, et Peter. Il faudra attendre sept ans pour que cette histoire originale soit étoffée et devienne un véritable ouvrage illustré en noir et blanc. Aucun éditeur ne semble intéressé donc Beatrix Potter choisit de publier elle-même un recueil qu’elle souhaite différent des livres d’enfants de l’époque, peu maniables et trop édulcorés. C’est un succès immédiat.

Beatrix Potter a 36 ans, vit toujours chez ses parents, mais gagne sa vie pour la première fois. Les dix années qui suivent verront la naissance de 23 albums. La famille de Peter Rabbit s’agrandit : Jeremy Fisher le Crapaud, Cecily Parsley, Miss Moppet et bien d’autres évoluent dans un univers souvent cruel, alors que leur auteur, reconnue, se délivre peu à peu de la tutelle pesante de ses parents.

Après la disparition tragique de son fiancé, Norman Dalziel Warne, Beatrix demeure célibataire jusqu’à l’âge de 47 ans. En 1913, elle épouse Williams Heelis, un notaire du Lake District. Toutefois, son mariage avec William Heelis signera l’arrêt de sa carrière littéraire. Madame Heelis aimée, accompagnée par un homme qui partage son amour de la nature, n’a plus besoin de son univers de papier pour meubler sa solitude. Elle abandonne progressivement Peter Rabbit pour se consacrer, avec son mari, à la vie rurale et à l’élevage des moutons.

Hill Top Farm
Hill Top Farm

In 1905, Beatrix Potter a acheté Hill Top Farm avec l’argent gagné grâce à sa plume. Dès lors, cette ferme a représenté un lieu de réconfort, d’indépendance, où elle écrivait, dessinait et laissait libre cours à son amour de la nature. Amoureuse de la région, elle a par la suite investi dans de nombreuses autres propriétés et contribué au développement et à la protection du voisinage de Hill Top. Elle tenait tellement à cette maison qu’elle a refusé d’y vivre avec son époux. À sa mort, elle laisse au National Trust 14 fermes, 16 km2 de terre, ses troupeaux de moutons et, bien sûr, ses lapins, qui, affirmait-elle, étaient les descendants du véritable Peter Rabbit. Elle demande à ce que la maison de Hill Top soit préservée dans les moindres détails. Ainsi, on y trouve encore des souliers, un châle, une tapisserie inachevée qui n’ont jamais changé de place. La visite dans ce lieu chéri est un voyage dans le temps riche en émotions!

the-tale-of-benjamin-bunny-beatrix-potter-penguin-books-gloss-hardback-1997-2266-p

Je n’avais jamais lu les petits livres de Beatrix Potter dans mon enfance mais, une fois à Hill Top, je n’ai pas pu résister à l’envie de m’en offrir un dans son édition originale! J’ai choisi celui dont je me rappelle le mieux, à savoir Benjamin Lapin. Je conseille sincèrement cette histoire à tous les enfants car elle est emplie de tendresse!

Moralité: la magie de l’enfance est universelle et éternelle. C’est pourquoi je suis convaincue que les histoires de Beatrix Potter, une grande femme, traverseront les générations!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s