Les Faux-Fuyants, Françoise Sagan

Bonjour !

Aujourd’hui, je vais partager avec vous ma découverte de l’auteure Françoise Sagan à travers son roman Les Faux-Fuyants. Comme moi, vous avez peut-être déjà rencontré ce nom, ou entendu parler de sa première œuvre Bonjour Tristesse… Mais avant de la lire, j’ignorais tout de Françoise Sagan, créatrice de littérature populaire passée de mode mais trop récente pour mériter d’être qualifiée de « classique ». J’ai donc saisi l’occasion de me cultiver en tombant par hasard sur un exemplaire des Faux-Fuyants !

9782266189989_1_75

L’exode de 1940, en réunissant des Français de tous les horizons sur les routes, a donné lieu à nombre de situations improbables.Dans une voiture rutilante s’embarquent trois personnages hauts en couleur issus de la société Parisienne la plus mondaine et un domestique. Parmi eux, il y a Diane Lessing, une riche et pétulante femme mûre, Loïc Lhermitte, diplomate et prétendu homosexuel, Luce Ader, une jeune femme mal mariée, Bruno Delors, gigolo vaniteux et amant de Luce, et Jean, leur chauffeur, transparent comme il se doit. Mais une attaque de Stukas laisse Jean pour mort, la voiture à l’état d’épave et les trois autres démunis au bord de la route. Un jeune paysan avenant, Maurice Henri, leur offre de les conduire jusqu’à sa ferme en carriole. Faute d’autre recours, les Parisiens acceptent cette aide. Ainsi, ils se retrouvent brusquement bloqués dans un milieu profondément rural, diamétralement opposé au leur et coupé du reste du monde. Ce dépaysement forcé apporte son lot de péripéties loufoques, plus ou moins heureuses, qui révèlent de nouvelles facettes de la personnalité des membres de la drôle de troupe.

De petits bijoux de scènes comiques émaillent le récit plein d’amour, amitié, liberté, joie, mélancolie mais surtout de remises en question.

La rencontre fracassante entre ruraux et mondains est initiatique : chacun se redécouvre soi-même et les Parisiens, au-delà de leurs préjugés, apprennent à apprécier la vie et les habitants de la campagne, pas si rustres qu’ils ne l’imaginaient.

Selon moi, les points forts de ce livre sont la finesse humoristique et psychologique et la tendresse de l’éloge de la campagne.

Le style est très naturel, parfois teinté d’ironie, accessible mais sans grand art à mes yeux.

En conclusion, Les Faux-Fuyants est un petit roman rafraîchissant et attendrissant que je vous recommande !

DSC_0055

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s