Le Vieil homme et la mer, Ernest Hemingway

Aloha!

Par rapport à mon absence et au projet P&P raté… Mea culpa! Un jour, vous aurez la surprise de trouver enfin mes chroniques sur Darcy’s Diary et Pride and Prejudice, ne désespérez pas!

En vacances, je n’ai pas pu résister à un petit roman qui me narguait depuis la bibliothèque de notre villa en bord de mer. Il s’agit de l’oeuvre la plus connue et la plus primée de l’auteur américain Hemingway, récompensée par le double honneur du prix Pulitzer en 1953 et du prix Nobel de littérature en 1954, rien que ça! J’ai le sentiment de rentrer chez moi moins bête :p De plus, si vous êtes aussi de retour, voici de quoi passer un peu plus de temps à la mer!

Le Vieil Homme et la Mer décrit le combat épique entre un vieil homme pauvre, pêcheur expérimenté, et un gigantesque marlin, la plus belle prise de toute sa vie.

DSC_0004Le vieux n’ayant rien pris depuis 84 jours part au large pour trouver le poisson qui lui ramènera l’estime de tous. Ainsi commence une lutte acharnée entre l’homme et le poisson qui durera trois jours et deux nuits, dans des conditions effroyables pour le vieux. Le duel est interminable, le pêcheur parle à son ami poisson, qu’il finit par nommer « mon frère » et lui exprime sa sympathie et son respect. Ils lutteront jusqu’au bout. Cette lutte symbolise le combat de l’homme face à la nature. Au prix d’efforts incroyables, le vieux est vainqueur. Loin de crier au triomphe, il remercie Dieu pour ce combat incertain. Son orgueil n’est pas le fait d’avoir vaincu un si gros spécimen, mais d’avoir vaincu un adversaire si brave. Néanmoins, les requins ne tardent pas à s’attaquer à son butin. Le vieux se défend toute la nuit, luttant pour l’honneur de son poisson. Il assiste, impuissant, à l’anéantissement de tant d’efforts. Il ne reste du poisson que la tête et l’arête. Le pêcheur rentre au port épuisé mais honorable.

Cette œuvre est l’histoire du courage humain, de la dignité, du respect, de l’amour. C’est la condition même de l’homme qui est écrite.

Malgré son vocabulaire extrêmement technique de la pêche, ce roman, grâce à son message universel puissant, peut toucher n’importe qui. J’ai trouvé cela vraiment beau. Le dénuement total autour du héros, sa solitude face à l’immensité de la mer fait résonner sa réflexion et montre au lecteur un homme aussi minuscule et fragile qu’immense et fort. Aussi bref soit-il, ce livre renferme une sensation d’infini.

Ne vous en privez surtout pas!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s