Delirium (Livre 3 – Requiem + Hana), Lauren Oliver

Bonjour !

Comme promis, voici une chronique! Rien d’inattendu pourtant, puisque je viens de terminer la saga Delirium de Lauren Oliver, dont je vous ai déjà présenté les deux premiers volumes. Let’s go !

Le livre 3 est la mise en pratique des idées installées dans les précédents: autour de Lena et de ses proches réunis, la Résistance s’organise. Il s’agit de faire tomber les murs entre Vulnérables et Invulnérables,  entre la ville et la Nature, ceux des interdits et des non-dits. A la clé, la liberté, l’unité et de nombreuses révélations !

On retrouve tous les ingrédients d’une dystopie pour adolescents: style clair, récit à deux voix, amours troublées, révolution, suspens faible… Ici, le tout fonctionne à merveille: le récit est très entraînant, les personnages attachants, le triangle amoureux frustrant, les pertes émouvantes. A la fin est énoncée la morale pro-liberté que l’on sentait, sous-jacente, dès le premier livre. Selon moi, cela renforce le message mais semble infantilisant.delirium,-tome-3-593013

La nouvelle Hana est incluse dans l’édition de poche. C’est l’histoire de la meilleure amie de Lena, laissée de côté depuis l’entrée en scène d’Alex, jusqu’au Protocole, opération traditionnellement effectuée à l’âge de 18 ans pour retirer la partie du cerveau responsable des sentiments.

Rien de surprenant ici non plus: le prequel/sequel montre comment le « méchant » a été conduit à la faute, exactement comme, par exemple, L’Appel du sang : La Seconde Vie de Bree Tanner dans la saga Twilight de Stephenie Meyer. Pourtant, je considère Hana comme un échec. Pour cause, on n’y apprend rien qui n’ait été évoqué dans la série principale et les approfondissements apportés n’ont guère d’effet sur notre vision de l’histoire. En effet, j’ai ressenti une forte impression de déjà-vu ou de simple récapitulatif en lisant cette nouvelle à l’issue de laquelle mon jugement concernant Hana n’a pas changé.

En bref, Lauren Oliver a, pour Delirium, suivi à la lettre les codes du fantastique pour adolescents. Cette méthode porte ses fruits dans les trois livres que j’ai trouvés efficacement captivants et émouvants, bien que peu mystérieux. En revanche, si l’auteur a jugé important de clarifier un passage de l’histoire dans la nouvelle Hana, je ne pense pas que cette lecture soit nécessaire pour tout comprendre. Attention pourtant à ne pas lire Hana avant d’avoir terminé le reste, au risque de se spoiler certains détails !

Je recommande la trilogie Delirium qui « fait très bien son travail » de romance fantastique pour les adolescents (dès 13 ou 14 ans), grands lecteurs ou non !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s