Trois nouvelles sur la passion, Stefan Zweig

Bonjour!

Vous vous souvenez probablement de ma passion (le mot est à propos) pour Stefan Zweig, un auteur auquel je reviens souvent (La confusion des sentiments, La Pitié dangereuse, Vingt-quatre heures de la vie d’une femme). Parmi les deux livres de Zweig qui m’attendaient sur une étagère, j’ai choisi de lire un groupement de trois nouvelles (dont deux des plus renommées) : Amok, Lettre d’une inconnue et La ruelle au clair de lune. 

Selon la quatrième de couverture « La passion en ce qu’elle a d’irrésistible et de semblable à la folie : c’est le thème central de ces trois récits ». Ainsi, ce sont les textes de Zweig où son intérêt pour les travaux de Freud est le plus tangible. Comme ce sont des nouvelles, en résumer le récit gâcherait le plaisir donc je ne m’attarderai pas.9782253057543

Amok oppose l’orgueil au devoir de porter assistance à son prochain. Lettre d’une inconnue raconte une passion amoureuse vécue comme une passion religieuse, dévotion désintéressée, respect pur de l’autre et détachement de sa personne. La ruelle au clair de lune dénonce l’aspect destructeur et humiliant de la passion, de l’hybris. L’agencement des textes permet une progression, une « descente aux enfers ».

Le rapprochement entre les nouvelles est aussi structurel : la même « technique » de construction est utilisée. Dans le récit cadre, le narrateur, dans son errance, rencontre une personne brisée qui se soulagera en se confessant pleinement à lui. Le récit encadré est d’abord conté d’une voix hésitante, puis plus fiévreuse. Il y a présence de leitmotiv(e) et la chute fait sens, éclaire le reste de la nouvelle. Ce schéma bien maîtrisé et solidifié par un style que je ne peux qualifier que de « parfait » donne des textes perlés. Le travail le plus remarquable se trouve dans la Lettre d’une inconnue, qui me semble irréprochable. En revanche, je ne juge pas la lecture de La ruelle au clair de lune importante car le schéma traditionnel y est distordu et compressé, donc ce texte, derrière les deux précédents et dans l’oeuvre de Zweig, parait vulgaire.

En bref, Stefan Zweig offre une lecture de qualité admirable!

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s