Les pêcheurs d’étoiles, Jean-Paul Delfino

Bonjour!

Très occupée, j’ai beaucoup négligé BDP en cette rentrée qui, j’espère, aura été bonne pour vous! Cependant, comme on n’échappe pas à la rentrée littéraire, je tenais tout de même à vous présenter une nouvelle chronique. Par conséquent, j’ai parcouru les résumés des nouvelles parutions, jusqu’à trouver le titre qui m’attirait le plus, indépendemment des prix littéraires.

Si vous avez suivi l’actualité littéraire, vous vous êtes peut être aperçus qu’un thème se démarque: les non-fictions autour de grands artistes. Pour en savoir plus, je vous recommande cet article! Sans surprise, le roman que j’ai choisi s’inscrit dans cette tendance.51zuvg1x3al-_sx195_

D’un point de vue très superficiel, je salue la beauté de l’objet, avec une jacquette magnifiquement illustrée et du papier et une impression de qualité (ce qui est heureux, du fait que le prix est élevé).

Sous la couverture, le lecteur est invité à partager une nuit épique dans les rues de Paris en 1925 avec le poète Blaise Cendrars et le musicien Erik Satie, dont le génie n’est pas encore reconnu. Les deux hommes se lancent à la poursuite d’une femme aimée, disparue et rêvée, et de Jean Cocteau, qui leur a volé un opéra. Dans le bouillonnement des années folles, ils sillonnent la nuit parisienne haute en couleurs. De caboulots en night-clubs, ils se laisseront entraîner dans une valse canaille durant laquelle ils croiseront de nombreuses figures de la vie culturelle du XXème siècle. Les deux protagonistes vont se trouver et se perdre, refaire le monde, rêver de gloire et voyager, jusqu’au bout de la nuit.

J’ai été conquise par la poésie décalée de cette aventure, de la construction d’une amitié inattendue. Un bel exemple de lumière surgie de l’obscurité. J’ignore quelle est la part de faits historiques et d’invention contenus dans le récit. En revanche, c’est une piqûre de rappel efficace concernant l’art pendant les années folles en France qui, simple à lire, n’est pas si douloureuse. De plus, j’ai aimé lire ce roman en écoutant la musique de Satie et ponctuer cette lecture de poèmes de Cendrars!

Une très jolie occasion de rêver en cette rentrée.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s