Vivre vite, Philippe Besson

Bonjour, bonjour !

Envie d’apprendre quelques choses de manière agréable ? Pour cela, les non-fictions sont une bonne solution, notamment les biographies romancées. Sur ce blog, j’ai d’ailleurs déjà présenté Oona & Salinger de Frédéric Beigbeder, Charlotte et Lennon de David Foenkinos. Aujourd’hui, je vais vous parler de Vivre vite de Philippe Besson qui s’intéresse à James Dean.

9782264067265_1_75

En trois films et un crash automobile, James Dean devient l’icône intemporelle de la jeunesse dont la force vive fera tomber les tabous. Cette image est pourtant réductrice de la complexité, de l’ambiguïté de sa personnalité l’enveloppant d’une certaine aura de mystère, qui fait une part de sa sensualité. Derrière son apparente désinvolture, Jimmy fait tout à fond, de la poursuite de son rêve de devenir acteur et sa recherche de la vitesse jusqu’à ses coups de tête. Philippe Besson compose un roman choral, laissant ceux qui ont croisé la route de Jimmy la baliser par de petites touches, des évènements intimes parfois infimes, pour montrer les nuances de l’existence tumultueuse du jeune prodige.
« Il faut vivre vite, mourir jeune, et faire un beau cadavre » aimait-il citer. Provocateur, fragile, cassé, beau, il s’est écrasé comme une comète en 1955 à bord de sa Porsche Spyder 550, à 24 ans.

Vivre vite est très synthétique et romancé, donc il pourra paraître creux aux spécialistes de James Dean ou de littérature. Pour ma part, j’ai passé un bon -et bref- moment et appris quelques éléments. Je chéris un peu plus l’image forte -probablement fortement déformée- que James Dean a laissée : un sale gosse angélique. Le roman n’est pas mauvais mais doit avant tout son attrait à son sujet.

Selon vous, existe-t-il aujourd’hui des personnalités symboliques ?

Treize raisons, Jay Asher

Bonjour !

Voici une chronique sur un roman pour adolescents lu en anglais, que je conseille à ceux qui veulent s’améliorer sans trop d’efforts.

13reasonsposter.jpg
Bande-annonce par ici !

63be691d88d7134ce67fa02b36e9ac35.jpg

J’ai connu Treize raisons de Jay Asher quand sa traduction française est sortie il y a quelques années (est-ce que cela fait de moi une vieille ??). Le résumé m’intéressait mais je ne l’avais jamais vraiment lu, jusqu’à, récemment, ce que j’entende que Selena Gomez l’adaptait sous forme d’une série Netflix.

Clay reçoit une boîte de cassettes enregistrées par Hannah, son premier amour, deux semaines plus tôt, avant de se suicider. Sa voix y explique à treize personnes en quoi ils ont changé sa vie, lui donnant treize raisons d’y mettre fin. Chaque détail compte et aucun ne doit être oublié.

Ce livre a été une bonne surprise. La forme, alternant entre les enregistrements de Hannah et les réactions de Clay en les écoutant est originale et le suspense fonctionne. Dans ce roman, on trouve bien des fêtes arrosées, des filles superficielles et des goujats mais l’intrigue et les personnages sont plus complexes que d’habitude. L’histoire d’amour et les méchancetés qui arrivent à Hannah au lycée ne sont pas le centre du livre. Il s’agit de rappeler avec justesse combien les émotions des adolescents sont fortes et fragiles. En effet, Hannah a perdu espoir et arrêté de se battre à cause d’événements qui lui auraient paru dérisoires quelques années plus tard. Elle pensait que personne ne pouvait l’aider alors que plusieurs personnes attendaient qu’elle leur parle de ses problèmes. Ce personnage m’a rappelé que les mauvais moments de la vie sociale semblaient insurmontables quand j’étais légèrement plus jeune qu’elle. Pour une fois, les ados ne sont pas simplement montrés comme stupides mais aussi sensibles.

Ce roman n’est pas d’une grande qualité littéraire mais il se démarque sur des étagères pleines de romans pour adolescents.

Personnellement, je ne pense pas qu’on puisse faire une bonne adaptation de ce livre à l’écran sans tomber dans une succession chronologique de flashbacks plats. Et puis, honnêtement, le livre, en VF et même en VO, est suffisamment rapide à lire pour ne pas avoir la paresse de le regarder. Êtes-vous curieux de voir le travail de Selena Gomez ?

J’allais oublier de vous dire que vous pouvez écouter des morceaux des cassettes de Hannah (en anglais) ici ! Je vous conseille d’attendre d’avoir fini le livre pour éviter les spoilers.

Un peu de vocabulaire ne peut pas faire de mal…

  • Rewind = rembobiner
  • Fast-forward = accélérer
  • Wiper blades = essuie-glaces

Petit plus que je vous conseille vivement ! Les SWMRS sont un tout jeune groupe avec pour batteur Joey Armstrong, fils du chanteur de Green Day. Quel est le rapport avec mon article ? Leur chanson Hannah me semble traduire l’ambiance de ce livre en musique… Et je soutiens les Armstrong tous les jours :p Alors cliquez ici, s’il-vous plaît.

The Giver (Le Passeur)

Bonjour!

Entre deux tags, je glisse un mot sur l’adaptation du Passeur de Lois Lowry que je vous avais présenté ici. En cas de trou de mémoire, pensez à jeter un coup d’oeil au résumé que j’en avais fait!

168977.jpg

D’un point de vue esthétique plutôt général, j’ai apprécié la sobriété du film. En effet, on n’y trouve pas d’explosions de sentiments ni de violence, et pas de sophistication exagérée de l’univers dystopien. Les décors et costumes sont minimalistes donc lisible, et le jeu des acteurs (notamment celui de Meryl Streep) est « net » et « mesuré ». Ainsi, l’attention du spectateur est concentrée sur l’essentiel: l’évolution du personnage de Jonas.

La première moitié de l’adaptation est très fidèle. Pourtant, la simplicité du traitement du contexte fait qu’on survole un monde intéressant sans qu’il ne soit expliqué comme dans le livre. Au contraire, dans la seconde moitié du film, la fuite (à travers des paysages magnifiques) est étoffée par un début de guerre qui en fait un parfait SF pour adolescents. Cependant, cette guerre n’est pas aboutie et ajoute un suspens à la fin du film qui n’existait pas dans la clôture du roman. Il est toutefois nécessaire de rappeler qu’il y a très peu de marge de manoeuvre entre l’évasion de Jonas et le moment où il traverse la frontière pour y insérer une action. C’est donc un changement compliqué que je ne trouve pas important.

En somme, le film est assez réussi, mais ne remplace pas le roman!

Twilight Tag

Bonjour à tous!

La saga Twilight a débarqué il y a déjà dix ans! Voici un tag pour « fêter » l’anniversaire de cette série populaire qui, aussi critiquée fut-elle, a marqué ma vie de lectrice.

Comme nous sommes en 2015, j’ai choisi d’aborder 15 points 😉

  1. Mon tome préféré est le premier, qui met en place la « mythologie ».
  2. La couverture que je préfère: Twilight-eclipse-book-cover
  3. Ma citation favorite vient du prologue du premier volume…

    When life offers you a dream so far beyond any of your expectations, it’s not reasonable to grieve when it comes to an end.

  4. Le film qui m’a le plus marquée est New Moon, le premier que je suis allée voir au cinéma, après avoir lu tous les livres. De nombreux personnages apparaissent à ce moment de la série. J’ai adoré la partie à Volterra ❤ Il a été un véritable phénomène!425400-twilight-new-moon.jpg
  5. J’adore les bandes-son! J’ai tous les CD qui contiennent plusieurs très bonnes pistes. Comment oublier « Supermassive Black Holes » de Muse? Ma chanson préférée est « The Forgotten » by Green Day (Breaking Dawn, Part 2), parce ce que je suis amoureuse… L’union de mon BJoe et de Twilight résume à peu près ma vie :pGreen-Day-Twilight.jpg
  6. Mon « sequel » favori est Midnight Sun, auquel j’ai eu accès de manière tout à fait illégale et dont je déplore l’inexistence d’une version papier. L’appel du sang ne m’a pas intéressée. En revanche, j’aimerais beaucoup lire Life and death, Twilight reimagined!
  7. Mon vampire préféré est Alice. J’aime sa malice, son goût en matière de mode et sa relation avec Jasper. Alice-twilight-series-34127381-698-512.png
  8. Mon loup-garou fétiche est Quil Ateara. Quil Ateara est le meilleur ami de Jacob et Embry mais lorsque ces deux derniers commencent à s’éloigner, il ne comprend pas. Cependant, Quil commence lui aussi à devenir un Loup et cela l’enchante fortement. Quil s’imprègne de Claire, la nièce d’Emily, âgée de 2 ans !
  9. Je préférerais être un vampire :K
  10. Le moment Bella/Edward qui m’a le plus plu est un passage du tome 1… Je ne suis même plus sûre qu’il existe! Il me semble que Bella est victime d’un malaise à la vue du sang et qu’Edward l’accompagne à l’infirmerie puis lui propose de sécher les cours pour aller faire une ballade en voiture…? Si cette scène existe, j’ai apprécié la façon dont elle traduisait l’akwardness du début d’une relation.
  11. Mon moment Bella/Jacob préféré est, bien sûr, la scène de camping dans Eclipse! Jacob la protège du froid et Edward est forcé de reconnaître qu’il ne peut pas toujours prendre soin d’elle… Et j’ai adoré les combats du jour suivant!7c29d539d7c1d5eff029160568e06329
  12. Team Edward, cela va sans dire… Je ne peux pas me lasser de ce GIF o.olarge.gif
  13. C’est une amie d’enfance qui m’a parlé de Twilight pour la première fois. On a regardé le premier DVD chez elle et c’est devenu notre centre d’intérêt commun. Merci Vavou!
  14. La chose la plus honteuse que j’aie faite à cause de Twilight? Une taie d’oreiller. Pourtant, je n’ai pas aimé dormir sur Edward :p

J’espère vous avoir rappelé de bons souvenirs! N’hésitez pas à les partager en commentaire!