Lettre à D., André Gorz

Bonjour !

Pour ne pas rester sur une déception, j’enchaîne avec une romance à mon goût plus réussie que dans la chronique précédente.

20180320_121018 (2)

En lisant la quatrième de couverture, on s’attend au récit de la grande histoire d’amour de la vie de l’auteur et son épouse sous un jour très romantique. Finalement, il s’avère que cette lettre adressée à Dorine Gorz contient un peu plus que cela et reste pudique concernant les sentiments.

Avec cinquante ans de recul, l’écrivain revient sur les grandes étapes de sa vie, en reconnaissant la présence de sa femme tout au long de leur histoire, son rôle décisif et sa force qu’il avait sous-estimés dans ses précédents écrits. Le lecteur découvre André Gorz sous un jour plus intime, rendu difficile à vivre par son acharnement à ses travaux d’écriture successifs. On suit aussi l’évolution de la façon de penser de l’essayiste au fil de ses interactions avec une compagne brillante, d’autres intellectuels et la réalité sociale en pleine évolution. Par conséquent, j’ai été agréablement surprise par un léger contenu philosophique qui prête à réflexion.

Ce texte bref est, comme l’annonçait son bandeau « Les merveilles de Folio », un petit bijou assez surprenant du fait que la quatrième de couverture mène sur une fausse piste. Avec moins de sentimental et plus de réflexion que l’on peut en attendre, cela reste une jolie histoire.

Publicités

Le Mec de la tombe d’à côté, Katarina Mazetti

Bonjour !

Aujourd’hui, voici mon retour sur une lecture procrastinée pendant des années…

20180331_194421 (2).jpgIl s’agit d’un roman suédois avec un titre accrocheur caractéristique des feel-good books. La quatrième de couverture annonce une rencontre insolite au cimetière qui donne lieu à une romance. Effectivement, une bibliothécaire « grise » à l’existence encore plus creuse depuis le décès de son mari et un agriculteur débordé par le travail suite à la perte de ses parents se sourient et commencent une liaison. Leurs rêves de vie de famille les rattrapent. Pourtant, passées les premières fièvres, leurs différences posent la question de la viabilité de leur relation.

Cette trame a un bon potentiel de roman à l’eau de rose, il se lit vite et on y trouve quelques bonnes lignes. J’ai été déçue de n’apprendre sur la Suède qu’un ou deux détails comme des noms de marques non traduits. Mais le vrai problème est que le travail semble bâclé… La relation entre les deux personnages est trop vite apparue et avortée, le dénouement bancal et cynique. La description des deux milieux ne dépasse pas les clichés. L’agriculteur est montré rustre et archaïque et la citadine se comporte comme une « bobo » coincée. Le fossé en matière d’éducation est abordé rapidement pour être déclaré insurmontable. Résultat, on tombe immédiatement dans une ambiance L’amour est dans le pré !

C’est très rare, mais ce roman a été une véritable déception, même si je n’ai pas pour autant passé un mauvais moment à sa lecture.

L’Importance d’être constant, Oscar Wilde

Bonjour !

Oscar Wilde ne déçoit pas, son élégance et son piquant séduisent toujours. Après avoir lu Le Portrait de Dorian Gray (roman) et Le Fantôme de Canterville (nouvelle), j’ai découvert une pièce de théâtre du même auteur.

20180210_155421c.jpg

Deux dandys utilisent des identités fictives pour couvrir leurs frasques et dettes londoniennes. Cependant, leurs mensonges les rattrapent lorsqu’ils se fiancent sous un faux nom… Avec des quiproquos savoureux qui rappellent Marivaux et des piques contre la légèreté des dandys, les moeurs étriquées et l’éducation des jeunes filles, c’est une pièce légère et fine.

« Vraiment, il est surtout absurde d’avoir des idées aussi arrêtées sur ce que l’on doit lire ou non. On devrait tout lire. Plus de la moitié de la culture moderne repose sur ce qu’on ne devrait pas lire. »

Pour clarifier l’intrigue assez complexe, voici la bande-annonce de l’adaptation avec Colin Firth, Reese Witherspoon et Judi Dench.

Je le conseille volontiers à ceux qui sont épris de l’époque victorienne !

Plus tard ou jamais (Call me by your name), André Aciman

Bonjour !

Joyeuse Saint Valentin ! Pour ceux qui la passent seuls, voici un roman qui pourrait vous distraire… Bien qu’il s’agisse de littérature étrangère, Plus tard ou jamais est un récit plutôt érotique contant, selon les acteurs de l’adaptation en interview « un été italien sensuel ». En parlant d’acteurs, c’est le moment de découvrir ce livre car, la sortie du film en France approchant, on risque d’en parler dans les semaines à venir 😉

olivier.jpg
Si je ne propose pas un visuel plus personnel, c’est parce que je l’ai « lu » en version audio VO gratuite (avec une belle voix rauque) ici : idéal pour fermer les yeux et imaginer qu’il fait soleil !

Le jeune Elio vit dans une grande maison italienne où il voit défiler les intellectuels que ses parents accueillent chaque été. Un été de son adolescence en particulier va changer sa vie. Depuis qu’il le voit descendre de voiture, il se prend de passion pour Oliver, un jeune américain désinvolte et charmeur. Elio découvre les jeux de la séduction et la souffrance amoureuse, partagé entre son attirance pour sa voisine Marzia et son désir irrépressible pour Oliver.

La fièvre de cette découverte de la sexualité et le temps qui a passé depuis réduisent les souvenirs dont Elio fait le récit à quelques moments fulgurants, qu’il lui est impossible d’oublier. Sur un ton tantôt pudique, tantôt cru, il tente de décrire un âge d’or à jamais inaccessible.

Pour attiser votre curiosité, voici un indice sur la scène la plus marquante de l’histoire :

emoji.jpg

film.jpg

Une adaptation cinématographique réalisée par Luca Guadagnino sortira le 22 février 2018 en France, mais elle suscite déjà un certain intérêt aux États-Unis. Le casting correspond assez bien à l’image que je m’étais faite des personnages, l’alchimie et le charme des acteurs fonctionnent mais le changement de format limite l’intensité des émotions et l’érotisme que l’on peut trouver à la lecture du roman. Pour vous faire votre propre avis, voici la bande-annonce.

 

Bonne lecture !