The Giver (Le Passeur)

Bonjour!

Entre deux tags, je glisse un mot sur l’adaptation du Passeur de Lois Lowry que je vous avais présenté ici. En cas de trou de mémoire, pensez à jeter un coup d’oeil au résumé que j’en avais fait!

168977.jpg

D’un point de vue esthétique plutôt général, j’ai apprécié la sobriété du film. En effet, on n’y trouve pas d’explosions de sentiments ni de violence, et pas de sophistication exagérée de l’univers dystopien. Les décors et costumes sont minimalistes donc lisible, et le jeu des acteurs (notamment celui de Meryl Streep) est « net » et « mesuré ». Ainsi, l’attention du spectateur est concentrée sur l’essentiel: l’évolution du personnage de Jonas.

La première moitié de l’adaptation est très fidèle. Pourtant, la simplicité du traitement du contexte fait qu’on survole un monde intéressant sans qu’il ne soit expliqué comme dans le livre. Au contraire, dans la seconde moitié du film, la fuite (à travers des paysages magnifiques) est étoffée par un début de guerre qui en fait un parfait SF pour adolescents. Cependant, cette guerre n’est pas aboutie et ajoute un suspens à la fin du film qui n’existait pas dans la clôture du roman. Il est toutefois nécessaire de rappeler qu’il y a très peu de marge de manoeuvre entre l’évasion de Jonas et le moment où il traverse la frontière pour y insérer une action. C’est donc un changement compliqué que je ne trouve pas important.

En somme, le film est assez réussi, mais ne remplace pas le roman!

Publicités

Delirium (Livre 3 – Requiem + Hana), Lauren Oliver

Bonjour !

Comme promis, voici une chronique! Rien d’inattendu pourtant, puisque je viens de terminer la saga Delirium de Lauren Oliver, dont je vous ai déjà présenté les deux premiers volumes. Let’s go !

Le livre 3 est la mise en pratique des idées installées dans les précédents: autour de Lena et de ses proches réunis, la Résistance s’organise. Il s’agit de faire tomber les murs entre Vulnérables et Invulnérables,  entre la ville et la Nature, ceux des interdits et des non-dits. A la clé, la liberté, l’unité et de nombreuses révélations !

On retrouve tous les ingrédients d’une dystopie pour adolescents: style clair, récit à deux voix, amours troublées, révolution, suspens faible… Ici, le tout fonctionne à merveille: le récit est très entraînant, les personnages attachants, le triangle amoureux frustrant, les pertes émouvantes. A la fin est énoncée la morale pro-liberté que l’on sentait, sous-jacente, dès le premier livre. Selon moi, cela renforce le message mais semble infantilisant.delirium,-tome-3-593013

La nouvelle Hana est incluse dans l’édition de poche. C’est l’histoire de la meilleure amie de Lena, laissée de côté depuis l’entrée en scène d’Alex, jusqu’au Protocole, opération traditionnellement effectuée à l’âge de 18 ans pour retirer la partie du cerveau responsable des sentiments.

Rien de surprenant ici non plus: le prequel/sequel montre comment le « méchant » a été conduit à la faute, exactement comme, par exemple, L’Appel du sang : La Seconde Vie de Bree Tanner dans la saga Twilight de Stephenie Meyer. Pourtant, je considère Hana comme un échec. Pour cause, on n’y apprend rien qui n’ait été évoqué dans la série principale et les approfondissements apportés n’ont guère d’effet sur notre vision de l’histoire. En effet, j’ai ressenti une forte impression de déjà-vu ou de simple récapitulatif en lisant cette nouvelle à l’issue de laquelle mon jugement concernant Hana n’a pas changé.

En bref, Lauren Oliver a, pour Delirium, suivi à la lettre les codes du fantastique pour adolescents. Cette méthode porte ses fruits dans les trois livres que j’ai trouvés efficacement captivants et émouvants, bien que peu mystérieux. En revanche, si l’auteur a jugé important de clarifier un passage de l’histoire dans la nouvelle Hana, je ne pense pas que cette lecture soit nécessaire pour tout comprendre. Attention pourtant à ne pas lire Hana avant d’avoir terminé le reste, au risque de se spoiler certains détails !

Je recommande la trilogie Delirium qui « fait très bien son travail » de romance fantastique pour les adolescents (dès 13 ou 14 ans), grands lecteurs ou non !

Delirium, Lauren Oliver (Livres 1 et 2)

Bonjour!

Revoici enfin une chronique!

Il y a trois ans, j’ai beaucoup aimé le début de la série Delirium de Lauren Oliver et, comme je viens de lire le deuxième tome, pourquoi ne pas écrire un nouvel article?

Cette trilogie est basée sur une dystopie: Lena vit dans un monde où l’amour est considéré comme la pire des maladies. Tous les jeunes y subissent à leur delirium,-tome-1-844402-250-400.jpgmajorité une opération du cerveau pour être immunisés, débarrassés de leurs sentiments. À quelques mois de ses dix-huit ans, Lena aspire à subir à son tour le Protocole, jusqu’à ce qu’une rencontre inattendue fasse tout basculer.

Je me souviens d’avoir apprécié la romance de Lena et Alex (je ne vous spoil pas vraiment, c’est plutôt prévisible) dans son contexte original et dangereux. C’est un début de saga fantastique pour adolescents tout à fait classique dans le sens où le lecteur découvre les personnages et apprend à comprendre leur univers avec une simple intrigue amoureuse. Pourtant, ce roman n’est pas inintéressant…

delirium,-tome-2-841892-250-400.jpg

Lena parvient à franchir la frontière. Dans la Nature, elle est libre mais seule. Elle y découvre un univers totalement différent, rejoint la Résistance et se voit confier une mission dangereuse, qui remettra en question tous ses principes.

Le second volume contient plus d’enjeux, d’aventure et de suspens. Pourtant, le dénouement n’est pas très surprenant… par rapport au coup de théâtre de la dernière page!

Il est de plus en plus difficile pour moi de lire ce genre de sagas (je crois que je deviens aigrie). Pour cause, j’ai tendance à n’y voir qu’un ramassis de clichés qu’un contexte inédit ne suffit pas à masquer… Cependant, j’aime toujours revenir à ce genre de livres… avec modération.

Je placerais la série Delirium sur le podium des sagas fantastiques destinées à la jeunesse (derrière Twilight et Sublimes Créatures, Harry Potter étant à part)! Je pense lire le dernier tome bientôt et, en attendant un prochain article, je vous conseille de vous plonger dans la série!

A bientôt!

Le Passeur, Lois Lowry

Bonjour à tous!

Aujourd’hui, je vais vous présenter un joli roman SF pour les jeunes dont on parle un petit peu en ce moment: Le Passeur de Lois Lowry. Je précise pour les curieux que ce livre s’inscrit dans une tétralogie avec L’élue, Messager et Le Fils.

9782211208345_1_75

Comme beaucoup de romans jeunesse, il s’agit d’une dystopie. Jonas, le personnage principal, vit dans un monde futur totalement aseptisé et étriqué. Il ne connaît que l’harmonie artificielle de sa communauté, où il n’y a pas d’inégalités, pas de choix, pas de révolte, pas de sentiments, pas d’animaux, pas de couleur, ni de douleur. Là, les individus anciens, inaptes, désobéissants ou différents sont « élargis ». Tout le monde ignore ce que cela signifie. Le jour de ses douze ans, Jonas, comme tous les enfants de son âge, se verra attribuer sa future fonction dans la communauté au cours d’une cérémonie. Il ne se doute pas encore qu’il est unique. Il n’imagine pas qu’il sera le successeur du dépositaire de la mémoire, la seule personne qui détient vraiment le savoir. Il ne sait pas qu’il découvrira la vie sous une autre forme, telle qu’elle existait des générations avant lui, pleine de surprises. Il ne devine pas que son destin extraordinaire sera si douloureux.

Pour moi, ce livre rassemble toutes les caractéristiques d’un bon roman pour les jeunes adolescents:

-de la science-fiction pour satisfaire l’imagination,

-une dystopie pour faire réfléchir aux avantages et à la fragilité de notre société,

-un style simple, pratique, efficace,

-un jeune protagoniste plein d’ouverture d’esprit, de courage et d’émotivité.

En somme, j’ai passé un bon moment avec Le Passeur, divertissant mais pas extraordinaire.

Je le conseille comme lecture-loisir à partir de 11 ou 12 ans!

Pour les fainéants, un film vient de sortir mais je ne l’ai pas encore vu parce qu’il me semble qu’il est destiné à un public un peu plus âgé que le roman… Mais si vous n’avez pas le temps de vous plonger dans le livre, n’hésitez pas, il a l’air plutôt complet!

A très bientôt!