La Dose, Melvin Burgess

Bonjour !

Melvin Burgess est un auteur de romans pour adolescents britannique reconnu pour évoquer des sujets difficiles. Junk (deux adolescents de quatorze ans à la situation familiale compliquée errent dans les rues et deviennent des junkies) et Billy Elliot (un jeune garçon des quartiers populaires rêve de devenir danseur) font partie de ma liste de souhaits depuis longtemps. Pourtant, je suis tombée sur La Dose par hasard, et puis je suis tombée dedans !

La-Dose-de-Melvin-Burgess-Gallimard-Jeunesse.jpg

Le roman s’ouvre sur un concert historique. Le jeune chanteur, qui a tout pour lui, meurt sur scène. Il a consommé une dose de Raid : nouvelle drogue capable de faire vivre une semaine de rêve, la dernière de sa vie. Une révolution politique éclate et le Raid devient un phénomène de société : des centaines d’adolescents prennent du Raid et se rebellent à Manchester, puis dans tout le pays. Adam est un jeune normal, dont la vie bascule à cause de ces évènements. Dans un moment de désespoir, il décide de prendre une dose. Alors, tout s’accélère. Et s’il avait plus à perdre qu’il ne le croyait ?

L’auteur aborde de nombreuses problématiques actuelles, sans en adoucir les contours, osant plutôt l’exagération. La Dose se rapproche d’un roman d’anticipation, d’une dystopie, d’un thriller, mais en faisant toujours dans le sensationnel, le violent, le trash.  On y suit des adolescents confrontés à la drogue et à l’industrie de la drogue, à l’amour et à la sexualité, à la famille et à la responsabilité. En filigrane, la jeunesse se soulève contre la société capitaliste. La ville de Manchester se prête parfaitement, par son histoire, à ce récit très rock. On pourrait néanmoins regretter le manichéisme de l’univers décrit. En oubliant son invraisemblance, on est très vite happé par l’aventure d’Adam et son amie Lizzie.

C’est une lecture très forte bien que relativement simple, que je ne recommenderais pas avant le lycée. Un roman inoubliable à dévorer !

la dose.jpg

Publicités

Le Jour où le Diable m’a trouvée, April Genevieve Tucholke

Bonjour !

Aujourd’hui, je vais rapidement vous présenter un roman Young Adult ! La collection Black Moon chez Hachette est une référence du genre mais, malheureusement, plus je grandis, moins je suis assidûment leurs nouveautés. C’est donc un roman de 2014 que je voulais lire au moment de sa sortie qui s’est retrouvé entre mes mains par hasard…

le-jour-ou-le-diable-m-a-trouvee-451766-264-432.jpg

C’est le début de l’été dans la petite ville balnéaire d’Echo où Violet White vit seule avec son frère jumeau Luke. Sa grand-mère est décédée, ses parents sont partis en voyage et elle a besoin d’argent pour entretenir Citizen, la maison familiale. Jusqu’au jour où River West s’installe dans une dépendance au fond du jardin. Dès son arrivée, les phénomènes étranges se multiplient en ville. Si elle tombe rapidement sous son charme, Violet est assaillie de doutes : les récents événements inquiétants pourraient-ils être liés à la présence de River ? Peut-elle lui faire confiance malgré ses nombreux mensonges au sujet d’un passé mystérieux ? Est-il seulement un jeune homme ténébreux ou est-il plus différent qu’il ne le laisse paraître ? Est-il dangereux ? La grand-mère de Violet l’a toujours mise en garde contre le diable…

Mais au final le diable n’est pas présent dans le livre, ce n’est qu’une fausse alerte ! Cependant, il y a bien deux ou trois personnages dotés de pouvoirs dangereux, comme dans tout Black Moon qui se respecte. Lesdits pouvoirs sont originaux sans pour autant révolutionner le genre. Je salue par ailleurs les décors gothiques (manoir au bord de l’océan, cimetière, tunnel…) qui contribuent efficacement à l’atmosphère angoissante. Bien que le début me semble un peu mou, avec l’arrivée téléphonée du beau jeune homme différent qui s’intéresse à la jeune fille qui se veut décalée mais ressemble à toutes les héroïnes du genre (lectrice, pas très féminine, solitaire, aux réactions plutôt abruptes…), les pudeurs et fiertés des personnages -parfois agaçantes- préservent une intrigue pleine de suspense qui va crescendo, ce qui est un point positif. Ce roman se démarque du reste de la collection avec davantage de peur et de sang, et même une touche de sadisme vers la fin avec le personnage de Brodie, le plus intéressant à mes yeux. Les autres personnages sont différents les uns des autres et se complètent mais trop déjà-vus pour être attachants.

C’est un roman palpitant avec des secrets et mensonges, de la magie, des trahisons, de l’amour et de l’amitié qui remplit bien le cahier des charges du Young Adult en rajoutant une nuance plus sombre. Je le recommande aux lecteurs de YA qui recherchent un vent de fraîcheur mais, pour ceux qui en ont vraiment marre, je ne suis pas certaine que ce soit suffisant…

Le Mystère de High Street, Anne Perry

Bonjour,

C’est l’automne et le temps gris se prête à la lecture d’histoires mystérieuses…  C’est pourquoi j’ai enfin lu un premier livre d’Anne Perry, prolifique auteure de romans policiers britannique, notamment connue pour sa série « Petits crimes de Noël ». Pour commencer, j’ai choisi un très court récit (80p) commandé par un éditeur, ayant pour thème la librairie.

51ctbroupzl-_sx195_

« Lorsque Monty Danforth, libraire dans le quartier de Cambridge, retire d’un carton un très vieux parchemin, il ne sait pas encore que plus rien ne sera comme avant.
Trois individus énigmatiques se présentent successivement à lui, voulant tous – et à n’importe quel prix – acquérir le mystérieux manuscrit. »

Il cherche donc, avec l’aide d’un ami très pragmatique, à comprendre la valeur et le pouvoir du manuscrit, ainsi que les motivations de ses acheteurs potentiels. Autour du parchemin, le monde devient fantastique et menaçant.

Le roman est accompagné d’une brève interview de l’auteur.

L’univers mystérieux, brumeux et magique du récit est très captivant. L’importance de l’écrit est illustrée de manière intéressante. Néanmoins, si ce livre est très agréable à lire, je regrette qu’il soit si vite achevé car la fin, très ouverte, a un parfum d’inachevé.

Une jolie pause lecture qui stimule l’imagination.

L’Allée du sycomore, John Grisham

Bonjour à tous!

L’Allée du sycomore est un thriller réussi de John Grisham. Merci à l’amie qui me l’a offert! C’est une agréable découverte.9782253093060_1_75.jpg

Atteint d’un cancer incurable, un riche propriétaire terrien du Mississippi, Seth Hubbard met fin à ses jours après avoir rédigé un testament dans lequel il déshérite ses enfants et lègue toute sa fortune à Lettie Lang, sa femme de ménage noire. L’avocat Jake Brigance est chargé de cette succession.

Le sujet de la ségrégation raciale aux Etats-Unis est ici finement abordé, sans données historiques ni grands discours, à travers une bataille juridique. Le suspens est maîtrisé et la progression régulière. Ainsi, je ne me suis pas ennuyée. J’ai lu une traduction mais le style m’a plu: il est intelligent et très fluide. On s’attache facilement à chacun des personnages. En somme, on ne voit pas passer les pages, ce qui est très bon signe!

L’Allée du sycomore est un roman que je vous recommande, quelles que soient vos affinités avec les thriller.

Bonne lecture!